La calvitie

  • esthetique futur demande la calvitie 960x640 365kgwq19ygq2plxzda4u8 - La calvitie

La calvitie

La calvitie (perte de cheveux) est un phénomène fréquent qui peut débuter très tôt dans la vie (à partir de 20 ans !). La disparition capillaire peut être partielle ou totale mais le plus souvent la zone occipitale est respectée. En effet à ce niveau les cheveux sont génétiquement programmés pour être insensible a l’action de la dihydro-testostérone. Elle touche les hommes et les femmes.

Les causes

L’alopécie androgeno-génétique

La plus fréquente est l’alopécie androgeno-génétique (AAG). Ce type de calvitie est provoquée par une hormone mâle : la dihydro-testostérone (DHT) qui par l’intermédiaire de la 5 alpha réductase, entraîne l’inactivation progressive des cellules souches du follicule pileux.

Pour les hommes, la calvitie commence au niveau des golfes temporaux puis atteint le vertex. Une classification est proposée par l’échelle de HAMILTON.

esthetiquefutur.com-calvitie-homme-classification-hamilton

Chez les femmes la calvitie survient souvent à la ménopause lorsque le rôle protecteur des œstrogènes a disparu c’est une alopécie généralement diffuse qui débute par un élargissement de la ligne médiane. La classification est proposée par l’échelle de LUDWIG.

classification-de-norwood-et-hamilton-femme

Les causes nutritionnelles

Les causes nutritionnelles donnent une alopécie diffuse : il y a une perte de densité ou raréfaction  des cheveux de manière uniforme. Cette alopécie est généralement réversible. Elle est produite notamment par une carence en fer (anémie), cuivre, zinc, vitamine B. Le traitement est la prise orale de complexes vitaminés.

Les maladies inflammatoires du cuir chevelu

Ce type d’alopécie se caractérise par des plaques sans cheveux réparties aléatoirement sur le cuir chevelu. La maladie la plus fréquente est la pelade. C’est une maladie d’origine auto immune, souvent récidivante et parfois définitive . Son traitement fait appel à la corticothérapie. La greffe de cheveux est contre indiquée.

pelade

Les alopécies de traction

Cette alopécie est plus fréquentes chez les femmes aux cheveux crépus. Elle est provoquée par une fréquence trop importante des tissages, tressages ou défrisage. Ces pratiques régulières entraînent peu à peu une alopécie définitive des zones frontales et pariétales.

Les traitements

  1. Le Finasteride (Propocia) : il bloque la production de DHT, mais son efficacité est limitée car la chute de cheveux reprend à l’arrêt de traitement et il entraîne souvent des troubles de l’érection. Il n’est pas utilisé chez la femme. Ce traitement concerne uniquement l’alopécie androgeno-génétique (AAG).
  2. Le minoxidil, par le biais d’une amélioration de la vascularisation du cuir chevelu, il peut ralentir la chute des cheveux.
  3. La mésothérapie : elle utilise des produits à base de vitamines et d’acide hyaluronique destinés a nourrir le cuir chevelu.
  4. Le plasma riche en plaquettes (PRP) c’est le nouveau traitement prometteur de la chute de cheveux. Grâce aux facteurs de croissance des plaquettes, les cellules souches du follicule pileux vont être stimulées et induire la repousse des cheveux. Les meilleures indications de ce traitement sont les alopécies de stress, hypovitaminose, de traction, et AAG précoce.
  5. La greffe de cheveux : c’est le seul traitement définitif des calvities importantes
    Son principe est simple: on prélève les cheveux de la couronne occipitale (génétiquement programmés pour ne jamais tomber) sous anesthésie locale par différentes technique FUT ou FUE, et on les réimplante en zone frontale, pariétale, et du vertex. Les principales indications sont les alopécies traumatiques de traction, les alopécies AAG, les greffes de cicatrices, mais aussi les greffes de barbe et de sourcils.

Cette page a pour objectif de proposer une information à destination du grand public sur les techniques et traitements en médecine esthétique. Cette information ne se substitue pas à la consultation médicale qu’elle soutient sans la remplacer : elle vient en complément et non en remplacement de la relation du praticien avec son patient.

N’hésitez pas à demander plus de précisions ici.